Dépôt des signatures !

Les Jeunes Vert-e-s vaudois-e-s déposent leur pétition pour une rémunération décente des stages

Huit mois après le lancement de la pétition en juin 2014, les Jeunes Vert-e-s vaudois-e-s sont heureux de remettre leur texte au Grand Conseil en faveur d’une rémunération décente pour les stages professionnels de longue durée. La récolte est bouclée et les Jeunes Vert-e-s vaudois-e-s remettront aux mains du Président ce mardi (10 février 2015) à 13h45 sur les escaliers du Palais de Rumine leur pétition munie de quelques 1500 signatures.

>> Lire le communiqué de presse

Soutiens les stages !

Le constat est alarmant ! Faute de cadre juridique, le stage est victime d’un usage abusif et toujours plus courant, prétéritant largement tant ses objectifs que ses résultats. Passage obligé pour tout étudiant soucieux de construire un avenir professionnel, il implique très souvent de longues périodes de travail non rémunérées, alors qu’il ne contient parfois aucun aspect de formation ou dans d’autres cas, remplace un véritable emploi.

Ces pratiques contreproductives nuisent gravement :

  • au marché du travail, car le stage non-rémunéré cache parfois un véritable poste, supprimant un emploi potentiel du marché
  • à la situation personnelle du stagiaire, car l’absence de rémunération fait obstacle à son indépendance financière et économique
  • à la situation, le cas échéant, de celui qui subvient aux besoins du stagiaire, qu’il s’agisse d’un parent ou de l’Etat, celui-ci doit financer le stagiaire à la place de l’employeur
  • à la qualité du travail en général, car de telles conditions entraînent forcément une perte de motivation chez le stagiaire

Alors que le stage devrait être une expérience enrichissante, il suscite un mal-être général. Les Jeunes vert-e-s vaudois-e-s constatent cet abus et entendent lutter pour l’instauration d’un cadre juridique qui puisse y mettre fin. Nous revendiquons à ce titre une rémunération du stage :

  • dès la 5ème semaine de travail, la période d’observation étant alors dépassée
  • d’un montant mensuel minimum de 1'100 fr. jusqu’à l’obtention d’un Bachelor ou diplôme équivalent et de 2'200 fr. par la suite
  • d’un montant de, respectivement, 600 fr. et 1'200 fr. si le stage est effectué dans une PME
  • qui vienne s’ajouter dans tous les cas au défraiement des repas, ceci quelle que soit la durée du stage

Si toi aussi tu es contre cette pratique déloyale, qui nuit à tout un chacun et compromet l’avenir des prochaines générations.

Signe la pétition !

Déjà 581 personnes ont signé la pétition !

Cette pétition peut être signée indépendamment de l'âge, du domicile ou de la nationalité.